Flux RSS
Sep 22

L’heure est à l’autogestion, par Yvan Craipeau (1977)

Publié le vendredi, 22 septembre 2017 dans Autogestion

Publié dans « Tribune socialiste » n° 739, du 1er mai 1977, ce texte d’ Yvan CRAIPEAU* se montre, 40 ans plus tard, d’une actualité brûlante .

Il éclaire particulièrement comment ce thème, désormais au cœur des débats du mouvement ouvrier, s’est construit dans les luttes comme au sein du courant dont nous sommes « continuateurs ».

     La référence à l’autogestion symbolise en mai 1968 les aspirations des travailleurs à prendre en main leurs propres affaires. Dans l’entreprise et la production, mais aussi dans la vie quotidienne. Elle recoupe des aspirations semblables à l’Université, à l’école et dans tous les secteurs d’activité. 

C’est sans doute à Nantes que l’alliance des ouvriers, des étudiants et des paysans travailleurs s’affirme alors avec le plus de force et préfigure, pendant quelques jours, le pouvoir des travailleurs. 

(suite…)

Jan 10

ALERTE : URGENCE MARINALEDA par Jean ORTIZ

Publié le mardi, 10 janvier 2017 dans Autogestion, Construire des alternatives

escudoMarinaleda, village andalou en autogestion, est quasiment la seule expérience de ce type en Europe. Et ça marche !

Il aura fallu plus de 10 ans d’occupation de terres, de répression, de violences du pouvoir, de privations, pour que les « sans-terre » de Marinaleda arrachent 1 200 hectares au duc de l’Infantado, ami du roi père, et grand propriétaire dont les domaines s’étendent à l’infini.

Depuis, Marinaleda a créé un mode de fonctionnement non capitaliste : égalité des salaires, auto-construction (15€ par mois à la charge des familles), services à la population gratuits, pas de chômage, décisions prises en assemblées générales de la population (40 à 50 par an).

La communauté s’est dotée d’une usine coopérative : fabrication d’huile el-humoso  d’olive. L’expérience peut devenir contagieuse… Son maire, J. M. Gordillo, réélu depuis 30 ans, a été victime d’agressions, de tentatives d’assassinat. L’existence même de Marinaleda insupporte la droite et ici le Parti socialiste Espagnol (PSOE) qui dirige le gouvernement autonome andalou. La présidente de la Junta, Susana Díaz vise le leadership national du parti. Le PSOE souhaite en finir avec cet havre de « socialisme ».

La Junta a mis en demeure la communauté d’acheter les terres, qui avaient été conquises de haute lutte contre le duc. Pour le maire et les habitants de Marinaleda, pas question d’acheter la terre. Ils la travaillent en usufruit. En partagent les fruits. Et puis la terre n’est pas un bien marchand, m’a dit, il y a quelques minutes le charismatique maire. En fait, le gouvernement socialiste andalou, en attaquant Marinaleda, veut renflouer ses caisses, et surtout liquider cette « utopie concrète ».

Tous solidaires et vigilants !

Nous sommes tous Marinaleda.

Signez la pétition qui circule. Elle est incomplète, mais a le mérite d’alerter.

http://www.mesopinions.com/petition/politique/privatisation-marinaleda/27234

Jean Ortiz

Publié avec l’autorisation de l’auteur.

Déc 25

Autogestion, mon amour !

Publié le dimanche, 25 décembre 2016 dans Autogestion

Texte adopté par une AG sur le Larzac, en 2007…

autogestion_11 – l’Autogestion désigne la gestion directe d’un groupe humain par les membres de ce groupe. C’est la forme élémentaire de la démocratie.

2 – les décisions sont prises par l’Assemblée Générale, composée de tous les membres du groupe. C’est le Conseil de base ou le Comité Local.
3 – l’Assemblée Générale nomme et révoque des délégués pour des taches précises.
4 – les délégués des conseils locaux se constituent en un conseil concernant un groupe plus vaste : conseil départemental, régional, national, international (…intergalactique dans le cas du Chiapas).
5 – l’ensemble constitue la Pyramide des Conseils où tous les niveaux obéissent aux mêmes principes : assemblée générale fréquente et souveraine, démocratie directe et délégation avec mandat et compte-rendu impératifs.

Cette forme d’organisation remonte à la plus haute antiquité. Elle a été petit affiche-mai-68-2010-copie    à petit remplacée par des formes politiques autoritaires : aristocratie, monarchie, ploutocratie, centralisme démocratique, dictatures militaires (généralisées en Afrique). Elle ne survit que dans des petits groupes autonomes (anarchistes, communautés religieuses, Désirs d’avenir… ).

La révolution industrielle du dix-neuvième siècle a encouragé le développement du suffrage universel (sans les femmes) et de la démocratie bourgeoise représentative – les délégués (députés, sénateurs) sont élus pour une longue durée (cinq ans, neuf ans et parfois même à vie) sans mandat impératif, sans possibilité de révocation, sans obligation de rendre compte, avec des avantages matériels considérables.
On en connait les conséquences : corruption, délinquance, enrichissement, impunité… et développement de l’abstention par écœurement (50% aux Etats-Unis, 40% aux élections européennes).

(suite…)

Déc 18

AG Constituante Ecopla Olivier LEBERQUIER

Publié le dimanche, 18 décembre 2016 dans Autogestion

Nov 20

Si nous parlions autogestion ?

Publié le dimanche, 20 novembre 2016 dans Autogestion

 2 textes à propos de l’Autogestion, datant tous deux de 2009

L’AUTOGESTION : MYTHES ET RÉALITÉS Patrick MIGNARD 10 Février 2009

autogestion_1 L’autogestion est hélas, aujourd’hui, plus un mythe qu’une réalité, du moins dans son sens d’alternative au rapport social dominant.
Accaparé de manière tout à fait abusive par la vulgate alternative et libertaire, le concept sert à nommer des initiatives et pratiques de toutes sortes… dénaturant trop souvent son contenu.

Comme pour toute notion dont on a abusé de l’usage, son contenu s’est dilué au point de ne plus savoir exactement de quoi il s’agit.

Pourtant, replacé dans son acceptation première, l’autogestion n’a pas dit son dernier mot et réintroduit dans la logique claire d’une stratégie de changement, il peut reprendre toute sa signification opérationnelle.

AUTOGESTION MODE D’EMPLOI

Une structure ou une démarche autogestionnaire se dit  autogestion-un-autre-monde-est-possible généralement pour signifier le décalage, la différence, voire la rupture avec le comportement économique traditionnel, autrement dit « marchand ».

L’autogestion se pare d’un halo d’autonomisation,… mais qu’en est-il réellement ?

« Autogestion » signifie « autonomie de gestion » ou « autonomie dans la gestion »,… Mais autonomie par rapport à quoi ?

(suite…)

Oct 25

« ZAD Notre-Dame-des-Landes : Zone à autogestion déterminée », suivi « les composantes de la lutte », par Nicolas de la Casinière

Publié le mardi, 25 octobre 2016 dans Agriculture, Autogestion, Projets Nuisibles et Inutiles

vacuation-muscl-e-du-23-nov-1Petit aperçu de pratiques autogestionnaires à Notre-Dame-des-Landes, dans un espace gagné provisoirement aux objectifs fonciers des promoteurs d’un nouvel aéroport en plein bocage nantais.

D’une occupation pensée comme un moyen de résistance enracinée sur le terrain, la Zad de Notre Dame des Landes est progressivement devenue un espace d’expérimentation. La Zad, ce nom technocratique de Zone à aménagement différé devenu Zone à défendre, est un lieu d’expériences plurielles bénéficie de la perspective d’une durée possible, assez rare dans les luttes et donc de temps pour penser autrement le futur proche. La zone autonome temporaire, pour reprendre la formule d’Hakim Bey, a un peu écarté l’immédiateté des menaces d’expulsion militaire, et donc d’une présence très temporaire.

(suite…)

Juil 12

Appel à la participation aux 2e Rencontres euro-méditerranéennes de l’économie des travailleurs : Usine Vio.Me, Thessalonique, Grèce, 28-29-30 octobre 2016

Publié le mardi, 12 juillet 2016 dans Autogestion, Construire des alternatives, Non classé

l105-1La première rencontre internationale de l’économie des travailleur-ses s’est tenue en 2007 en Argentine. Elle a réuni des travailleurs et des travailleuses d’usines récupérées et des collectifs de travail, des activistes sociaux et politiques, des syndicalistes et des universitaires. Depuis, ces rencontres internationales se tiennent tout les deux ans et  constituent un espace de rencontres, de discussions et de réflexions sur les défis auxquels les travailleur-se-s sont confronté-e-s pour défendre par l’autogestion leurs moyens de subsistance contre les attaques du capitalisme mondialisé.

Dans plusieurs pays d’Amérique latine, la brutale restructuration néolibérale de l’économie des années 1990 a entraîné une rapide désindustrialisation et une hausse vertigineuse du chômage. Combinées à l’absence de protections sociales et à l’attaque généralisée sur les classes ouvrières, ces conditions ont créé les conditions de l’agitation sociale. La « récupération », c’est à direAutogestion-ya l’occupation d’entreprises abandonnées et l’autogestion de la production par les travailleur-ses, font partie intégrante de la contre-attaque populaire menée en réponse à la crise générale, comme en Argentine, au Brésil, en Uruguay, au Venezuela et au Mexique.

Ces dernières années, les conditions qui ont débouché sur le mouvement de récupération des lieux de travail en Amérique latine se sont répandues en Europe et dans le reste du monde en proie à la crise du capitalisme mondial.

(suite…)

Mar 22

A GRAULHET, le 2 avril, conférence-débat « Coopératives contre lle Capitalisme » avec Benoit BORRITS (Association pour l’Autogestion)

Publié le mardi, 22 mars 2016 dans Autogestion

Borrits-2-avril-2016-771x1024

 

IMG_1592Samedi 2 avril à 20h 30,  Confluences 81 et  ATTAC -Tarn organisent une conférence-débat sur les Coopératives et l’Autogestion, à l’Ibère Familier, 29 Bd Amiral JAURÈS à GRAULHET.

Benoit BORRITS, de l’Association pour l’Autogestion, auteur de « Coopératives contre Capitalisme » sera parmi nous .

(suite…)

Mar 10

Coopératives contre Capitalisme. Réunion Publique avec Benoit BORRITS, samedi 2 avril 20h 30 à GRAULHET.

Publié le jeudi, 10 mars 2016 dans Autogestion

coopConfluences 81 et ATTAC 81 organisent samedi 2 avril à 20h 30 à l’Ibère Familier à GRAULHET

une réunion publique avec Benoit BORRITS, autour de son livre « Coopératives contre Capitalisme ».

Si nous sommes suffisamment nombreux/euses (une trentaine) nous commencer  la soirée par un repas sur place à 19h (compter autour de 15€). 

Qui serait partant.e ?

Merci de vous « pré-inscrire » avant le 20 mars si possible auprès de contact@confluences81.fr, ( ou au 05 63 70 26 49) en précisant le nombre de repas.

  • MERCI de vous manifester rapidement : c’est une forme de soutien à nos ami-e-s de L’IBÈRE FAMILIER et à leur activité. . . .

 

(suite…)

Jan 25

Autogestion !, par Robi Morder, Bruno Della Sudda, Arthur Leduc et Patrick Silberstein

Publié le lundi, 25 janvier 2016 dans Autogestion

Sur le site de l’Association pour l’Autogestion : http://www.autogestion.asso.fr/

Le troisième colloque « penser l’émancipation » se tiendra du 28 au 30 janvier à l’Université libre de Bruxelles. En voici le programme complet : http://www.cetri.be/IMG/pdf/programme-ple-web-fin.pdf.

Lors de l’atelier « autogestion, coopérative et émancipation » du vendredi 29 janvier au matin Robi Morder présentera une contribution élaborée avec Bruno Della Sudda, Arthur Leduc et Patrick Silberstein 1. En voici le texte de synthèse, le document final devant être retravaillé et développé pour la publication des actes ultérieurement. 

image-6-0d0a6Dans le contexte d’approfondissement de la crise systémique du capitalisme, crise économique et sociale, écologique, démocratique et géo-stratégique, nous pouvons faire le constat d’un retour, depuis une vingtaine d’années, d’un ensemble de pratiques de contestation de l’exploitation et de l’aliénation que nous traiterons comme pratiques d’émancipation et montrant en quoi des forces se réclamant de l’autogestion peuvent y déceler une culture politique qui devrait amener les forces politiques à repenser leur fonction et leur fonctionnement et à réinterroger leur pratiques concrètes, leur intégration aux institutions, leur lien à la société comme aux mouvements de contestation.

L’objectif de cette contribution est de présenter synthétiquement la façon dont l’autogestion a été – et demeure – une référence dans le mouvement ouvrier, et plus largement social, en France, en nous limitant ici au seul secteur des luttes dans les entreprises 2

(suite…)