Flux RSS
Oct 13

Retraites, emploi, réduction du temps de travail : Tout se tient, résistons et passons à la contre-offensive. Toutes et tous dans la rue le 15 octobre à CASTRES et à ALBI !


MANIFESTATIONS

Mardi 15 octobre 2013 à 17h00 Sous Préfecture CASTRES
                                      à 15h00 place du Vigan à ALBI

ob_9fd1c6a0d9ff088b994f18aae33a480b_logo-retraiteLe système de retraites est un enjeu essentiel de  l’affrontement entre des visions opposées de la société. La gauche de transformation sociale et écologique défend, dans la continuité des combats historiques du mouvement ouvrier, la réduction du temps de travail dans toutes ses dimensions (durée hebdomadaire, congés payés, âge de départ à la retraite). Elle défend aussi le système de retraite par répartition, au nom de la solidarité intergénérationnelle et d’un revenu socialisé, et du refus de la marchandisation de nos vies. La droite, de contre-réforme en contre-réforme, de Balladur à Fillon et Sarkozy, vise à la fois à reculer l’âge du départ à la retraite, à allonger la durée de cotisations et à marginaliser par le chômage des millions de salarié-e-s.

La paupérisation d’un nombre croissant de retraité-e-s en particulier parmi les femmes, la mise àbas progressive du système solidaire accentuent toujours plus le recours à la capitalisation, au chacun pour soi. (suite…)

Sep 14

Rouge et Vert n°367


Rouge et Vert n°367

 

Lisez en ligne ce numéro 367 du 9 septembre 2013 de Rouge et Vert, le journal des Alternatifs et abonnez-vous pour le recevoir directement chez vous.

 

Formulaire d’abonnement depuis cette page.

PDF - 2 Mo
Rouge et Vert n°367

Sep 13

Devoir de Vacances n°17 « La bataille de la retraite est une vraie lutte des classes » Lucien SEVE (Interview dans « La Marseillaise »)

Publié le vendredi, 13 septembre 2013 dans Gauche de combat, Notre Economie et la leur, Point de vue, Social

arton21681-41a91Alors que plusieurs syndicats appellent à manifester ce mardi 10 septembre contre la réforme des retraites du Gouvernement, le philosophe Lucien Sève estime que c’est la place et le rôle du retraité qu’il faut repenser en profondeur. Et appelle à jeter les bases d’une « troisième vie » dans laquelle le retraité jouerait un rôle majeur et actif à visée émancipatrice dans la société. Loin de toute exploitation.

La Marseillaise. Salariés et retraités seront dans la rue le 10 septembre pour s’opposer à la réforme des retraites telle qu’elle est annoncée par le Gouvernement. On nous redit, comme à chaque fois : « on vit plus longtemps, il est normal qu’on travaille plus longtemps », et c’est bien ce à quoi tend l’allongement de la durée de cotisation. Vous insistez sur un autre aspect de la question . le bien-vieillir. Qu’est-ce à dire ?

Lucien Sève. Permettez que d’abord je revienne sur cette fameuse phrase censée justifier l’attaque contre nos retraites. C’est comme ça que se mène toute politique anti-populaire : d’abord, on intimide en matraquant avec un slogan bien trouvé (par exemple « le coût du travail ») ; et alors, carte blanche pour le pire. (suite…)

Sep 10

Retraites des chômeurs : d’une précarité à l’autre (commmuniqué du MNCP)

Publié le mardi, 10 septembre 2013 dans Point de vue, TRAVAIL

 chomeursenior_287_192-150x150Arguant de l’allongement de la durée de vie et de la nécessité de sauver le financement des retraites par répartition, le Premier Ministre a présenté le 27 août un projet de réforme dont le poids reposera une fois de plus sur les salariés et, doublement, sur les chômeurs.  

La future réforme prévoit l’allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein : c’est la double peine pour les chômeurs et précaires. Leurs revenus, insuffisants et marqués par la précarité du travail seront encore dégradés à la retraite.

 Le nombre de retraités sexagénaires occupant un emploi a doublé depuis 2006. 50% d’entre eux déclarent travailler car leur retraite « ne suffit pas pour vivre.»  Qu’en sera-t-il des chômeurs quiimage005 ne cotisent pas leurs trimestres ? Voire, s’ils sont allocataires du RSA, qui les perdent purement et simplement ?

Allonger la durée de cotisation, c’est nier que l’espérance de vie en bonne santé se dégrade en France, notamment pour les femmes, les personnes les moins qualifiées et les précaires. Cette tendance n’est pas prête de s’inverser, alors que l’on poussera toujours plus de personnes dans la précarité, et que les plus âgés seront forcés de (suite…)

Sep 8

Mobilisation pour les retraites. A ALBI : 14 h 30, place du Vigan, Mardi 10 septembre 2013


ob_3972f66d75b62d81bd95d63a20c7d83c_violetMANIFESTATIONS RETRAITE dans le TARN

ALBI : 14 h 30, place du Vigan

 

Signez la pétition : « Ensemble, défendons nos retraites »

http://www.retraites2013.org/

 

Consultez l’argumentaire:

A-retraiteexe.pdf

Argumentaire sur la contre-réforme des retraites (suite…)

Sep 4

RETRAITES, EMPLOI, REDUCTION MASSIVE DU TEMPS DE TRAVAIL : TOUT SE TIENT, RESISTONS ET PASSONS A LA CONTRE-OFFENSIVE !


COMMUNIQUE DES ALTERNATIFS 4 SEPTEMBRE 2013

MANIFESTATION inter-syndicale, mardi 10 septembre 2013, 14h30, Place du Vigan à ALBI

arton21681-41a91Le système de retraites est un enjeu essentiel de l’affrontement entre des visions opposées de la société.

La gauche de transformation sociale et écologique défend, dans la continuité des combats historiques du mouvement ouvrier, la réduction du temps de travail dans toutes ses dimensions (durée hebdomadaire, congés payés, âge de départ à la retraite). Elle défend aussi le système de retraite par répartition,  au nom de la solidarité intergénérationnelle et d’un revenu socialisé, et du refus de la marchandisation de nos vies.

La droite, de contre-réforme en contre-réforme, de Balladur à Fillon et Sarkozy, vise à la fois à reculer l’âge du (suite…)

Sep 4

Retraites : l’alternative cachée


 

A quelques jours du 10 septembre,première date de mobilisation interprofessionnelle retenue par l’intersyndicale CGT, FO, FSU et Solidaires pour s’opposer au projet de loi Ayrault sur les retraites, nous reproduisons ci-dessous le texte du collectif national de défense des retraites (initié par ATTAC et la Fondation Copernic et auquel participent les Alternatifs)

Les mesures annoncées par le gouvernement vont essentiellement peser sur les salariés et les retraités. Alors que la loi Fillon de 2003 prévoyait que l’allongement de la durée de cotisation s’arrêterait en 2020, le gouvernement veut le poursuivre jusqu’en 2035. La durée de cotisation pour avoir une retraite à taux plein passerait ainsi de 41,75 ans en 2020 à 43 ans en 2035.

Cet allongement se traduira soit par le fait de travailler plus longtemps, et donc de reporter l’âge effectif de départ (suite…)

Sep 2

Réforme des retraites : des mesures en trompe-l’œil pour les femmes


_6Le gouvernement avait promis une réforme des retraites basée sur l’équité et qui réduirait les injustices. La fausse équité des mesures annoncées est pointée à juste titre par de nombreuses réactions à gauche, mais peu commentent les mesures à destination des femmes. Ces dernières sont pourtant très loin de répondre à l’objectif affiché tant elles sont marginales.

Selon le document du Premier ministre présentant la réforme1, trois mesures rendront le système plus juste pour les femmes : il s’agit de la validation de trimestres pour les petits temps partiels, la meilleure prise en compte de la maternité et la refonte des majorations de pension pour enfants. De quoi s’agit-il ?

1- « Valider des trimestres pour les petits temps partiels, qui touchent essentiellement les femmes »

Actuellement, au régime général et dans les régimes alignés, le nombre de trimestres validés par an pour la retraite n’est pas établi en fonction de la durée de travail réalisé mais en fonction du montant de la rémunération annuelle soumise à cotisation. (suite…)

Juil 10

Ensemble, défendons nos retraites


_1Lors de la Conférence sociale du 20 juin, François Hollande a annoncé que, dans le cadre de la prochaine réforme des retraites, l’allongement de la durée de cotisation sera « la mesure la plus juste » face à « cette chance formidable qu’est l’allongement de l’espérance de la vie ». Cette voie n’est pas acceptable. Les réformes de 1993, 2003, 2007 et 2010 ont déjà réduit les droits à pensions de plus de 30 %, en aggravant les inégalités déjà fortes entre les pensions des femmes et celles des hommes. Elles doivent donc être remises en cause.

Refusons les régressions sociales

« On vit plus vieux, il faut donc travailler plus longtemps », tel est l’argument qu’on nous rabâche. Mais on oublie de préciser qu’augmenter la durée de cotisation, c’est en réalité programmer la baisse des pensions. Baisse immédiate pour tous ceux – chaque année plus de la moitié des nouveaux retraités – qui passent directement du chômage, ou de l’inactivité, à la retraite, et qui ne pourront jamais atteindre cette durée. Baisse à venir pour les nouvelles générations entrées plus tard dans la vie professionnelle du fait de l’allongement des études et qui connaissent déjà un chômage massif, aggravé par l’incitation faite aux seniors qui le peuvent de prolonger leur activité. On oublie aussi de rappeler que l’allongement de la (suite…)

Juin 11

Retraites : assez de mensonges, place à un vrai débat ! par ATTAC et la Fondation Copernic

Publié le mardi, 11 juin 2013 dans Gauche de combat, Notre Economie et la leur, Social

paris-2005-danger-passivite_2Une obsession récurrente anime les gouvernements depuis vingt ans : réformer les retraites. En France, le gouvernement Hollande-Ayrault projette une quatrième réforme à l’automne prochain en raison de trois arguments qui sont de faux prétextes : il y aurait un déficit plus important que prévu des caisses de retraites ; on vit plus longtemps et il faudrait travailler plus longtemps ; la Commission européenne l’exige pour ramener les déficits publics à 3 % du PIB. 
Le rapport présenté par Mme Yannick Moreau propose des solutions qui sont dans le droit fil des réformes précédentes ayant conduit à une diminution importante du montant des pensions sans résoudre aucun problème à long terme. 

 1) Les déficits annoncés des caisses de retraite (autour de 14 milliards en 2012, environ 20 en 2020) n’ont rien à voir avec le vieillissement de la population, il sont dus, pour des montants équivalents, à la crise qui bloque l’activité, l’emploi et les cotisations (suite…)