Flux RSS
Mai 14

Le populisme de gauche ne constitue pas une alternative crédible au populisme de droite, par Thomas Coutrot

Publié le dimanche, 14 mai 2017 dans Gauche de combat

  Performante lors de la campagne présidentielle, qui met en scène l’élection d’un monarque, la stratégie « populiste de gauche » de Jean-Luc Mélenchon risque de montrer ses limites aux législatives, faute de pouvoir accepter la diversité d’un « peuple » construit autour du leader. A la place du populisme, fût-il de gauche, il faudrait inventer une stratégie altermondialiste-libertaire de l’« arc-en-ciel » pour éviter de paver la voie à de nouvelles oligarchies.

En Europe comme aux États-Unis, l’extrême-droite populiste prospère sur les frustrations des classes moyennes et populaires blanches, en leur promettant un retour à un passé idéalisé d’ordre et de prospérité. Un passé où les classes populaires bénéficiaient d’une relative sécurité de vie à l’abri de frontières nationales. Un passé aussi où les Noirs, les Arabes, les Chinois (et les femmes…) « se tenaient à leur place »…

(suite…)

Avr 29

Séquence électorale ; nos bulletins !

Publié le samedi, 29 avril 2017 dans Elections, Gauche de combat

Mar 26

Il est (plus que) temps de changer d’air !

Publié le dimanche, 26 mars 2017 dans Elections, Gauche de combat

Août 19

Grèce : La mort sociale des retraités, par Stathis Kouvelaki

Publié le vendredi, 19 août 2016 dans Gauche de combat

diktats Le parlement grec a voté le 5 mai 2016 un projet de loi aux lourdes conséquences pour la population puisqu’il portait à la fois sur la réforme des retraites et de nouvelles mesures fiscales. La discussion à la Vouli (= parlement grec) étalée sur un week-end a duré moins de 48 heures. Cette hâte s’explique facilement : il s’agissait en effet de faire passer de nouvelles décisions anti populaires avant la réunion de l’eurogroupe du lundi 6 mai. Le vote de ces mesures dans les délais impartis figurait en première ligne des exigences posées par la Troïka pour valider l’examen (review) de la mise en œuvre des engagements contractés par le gouvernement grec lors de la signature du troisième mémorandum. Après tout, ce même mémorandum, signé par Alexis Tsipras en juillet 2015 (un document de plus de mille pages sans les annexes), qui impliquait l’ensemble des mesures que le parlement grec ne fait que valider depuis cette date, avait également été voté en moins de 48 heures, là encore pour se conformer aux ultimatums de la Troïka et parfaire le tableau de la vassalisation du pays et de ses institutions représentatives.

(suite…)

Juin 20

« Leurs grandes peurs ». . . Tribune

Publié le lundi, 20 juin 2016 dans Gauche de combat

Une soixantaine d’intellectuels, de militants et de syndicalistes appellent à résister au gouvernement et poursuivre les grèves, blocages et occupations.

Cette tribune a été publiée sur le site de Libération
http://www.liberation.fr/debats/2016/06/17/ce-gouvernement-a-peur_1460153

 

GREVELes voilà, leurs grandes peurs et leurs grands moyens pour essayer de la masquer en jouant les fiers-à-bras qui ne cèdent pas. On s’y attendait depuis des mois, et la voici brandie, la menace d’interdiction des manifestations. Un sommet dans l’inacceptable ? Il peut toujours y avoir pire avec ce gouvernement. Celui-là même qui commémore cyniquement les grèves du Front populaire. Qu’il défende ses intérêts, ceux des puissants, ceux des profits et de l’argent ; c’est de bonne guerre, c’est sa guerre ; mais qu’il ravale ses célébrations et récupérations d’un passé qu’il ne cesse de fouler au pied.

Ce gouvernement a peur : rien d’étonnant. Car il y a de quoi, devant nos solidarités face au pouvoir et son bras armé.

(suite…)

Juin 2

« Nous sommes tous des Français ! » communiqué des ouvriers de l’usine autogerée VIO.ME au sujet du mouvement social en France

Publié le jeudi, 2 juin 2016 dans Gauche de combat

Nous sommes tous des Français

VioMet…… nous sommes tout ce monde qui se trouve dans la rue et a le courage de s’opposer au pouvoir qui afin d’imposer les politiques du capital n’hésite pas à piétiner sa constitution.

Nous sommes ceux qui sont méprisés, les immigrés, les ouvriers qui voient se détruire leurs droits, les mères qui ne voient pas d’avenir pour leurs enfants, les étudiants…  qui seront des chômeurs diplômés.

Nous sommes avec ceux qui sont dans la rue et qui ont compris image-6-0d0a6que l’attaque du capital européen a commencé en Grèce mais ne s’y arrêtera pas. Nous sommes avec ceux qui luttent pour l’intérêt général et non le profit personnel.

Nous sommes Français et nous sommes avec vous, courage frères, vous n’êtes pas seuls, nous arrivons.

le 30 mai 2016

Fév 13

Grèce, après la grève générale, par l’Unité Populaire

Publié le samedi, 13 février 2016 dans Gauche de combat, International

GOUVERNEMENT FANTOCHE DE COALITION POUR LE MEMORANDUM OU FUITE-WATERLOO VERS DES ELECTIONS ? CE QUE PROJETTE TSIPRAS.

L’iSSUE, C’EST UN FRONT POPULAIRE D’ACTION, AVEC UN PROGRAMME RADICALEMENT ANTI-MEMORANDUM, UNE MONNAIE NATIONALE ET UNE RUPTURE AVEC L’UE  ALLEMANDE

unité-populaireLa grève générale du 4 février n’a pas été simplement réussie. Elle a constitué un séisme politique et social de première grandeur, qui a secoué de fond en comble le gouvernement et plus généralement le monde politique du mémorandum.

UNE RÉUSSITE SANS PRECEDENT

Cette grève générale s’est caractérisée par deux événements impressionnants et vraisemblablement sans précédent.

D’abord, le mouvement réunissait les travailleurs salariés, les travailleurs indépendants des villes et la paysannerie petite et moyenne sur des objectifs communs, contre la destruction du système d’assurance sociale et le pillage fiscal. Jamais peut-être une telle action combattive, d’une majorité tellement importante, n’avait été aussi visible et évidente, entraînant d’importants prolongements politiques.

Le deuxième élément nouveau est la réussite impressionnante de la grève dans toutes les régions de Grèce, avec des rassemblements encore plus imposants et vraisemblablement sans précédent dans les villes de province, petites et grandes, où le monde des commerçants et des agriculteurs a marqué très fortement sa présence – à un point jamais vu.

(suite…)

Fév 10

Qui a peur de la vérité ?, par Zoé Konstantopoulou

Publié le mercredi, 10 février 2016 dans Gauche de combat

ZoéLes présumés falsificateurs de l’histoire ne parlent pas des événements réels. Ils tentent de réécrire l’histoire parce qu’ils connaissent leurs responsabilités. Et ils se cachent, comme Monsieur Voutsis, derrière des prétextes, ils supplient « de ne pas les incriminer avant deux ou trois ans », alors qu’ils se savent complices d’un crime prémédité contre le peuple grec. Ils connaissent leur culpabilité, même s’ils n’en éprouvent pas de remords.

J’ai lu l’interview du Président de l’assemblée, Monsieur Voutsis, parue aujourd’hui dans Kathimerini. Je passe outre le ton inconvenant, les formulations délirantes, le sexisme flagrant, l’improvisation brouillonne, la calomnie débridée, l’absence d’estime de soi, et j’en viens à l’essentiel :

Monsieur Voutsis tente de théoriser l’hypocrisie politique, la duplicité politique, la tromperie politique, la trahison du peuple et de ses camarades, l’indigence de ses propres arguments et de ceux de ses complices, l’impasse totale dans laquelle ils ont conduit la situation, tout cela en inventant un prétendu « devoir de silence » pour ceux qui ont servi dans des postes de responsabilité lors de circonstances historiques critiques. « Nous avons le devoir de ne pas parler », dit-il, et il croit ainsi se débarrasser du devoir de vérité et de transparence, de l’obligation de rendre des comptes qu’une société démocratique exige de voir respectés par ses représentants.

(suite…)

Jan 15

Sur la réforme de la Constitution : la vraie cause. . . par Philippe ZARIFIAN

Publié le vendredi, 15 janvier 2016 dans Gauche de combat

on-lache-rien-medLes mesures, que le gouvernement s’apprête à faire entrer dans la constitution ont un prétexte tangible : les attentats terroristes.

Mais ce n’est pas la vraie cause; si c’était le cas, la réponse serait démesurée.

Pour comprendre la vraie cause, il faut remonter au 11 septembre 1981. A l’époque, j’avais signalé que les états capitalistes étaient entrés dans une nouvelle période de leur histoire : celle du capitalisme autoritaire, avec un rôle nouveau de l’État.

C’est à ce moment là qu’a eu lieu le vrai virage. Certes, ce n’était complètement visible qu’aux États Unis.

Or c’est maintenant que le tournant devient effectif et général et qu’il touche les États Européens. Il représente un nouvel encadrement de la population, un pas en avant dans la subordination, et bien sûr un recul de ce qu’on appelle la démocratie, terme parfaitement inexact comme on le sait.

Je pense que nous devons être radicalement opposés aux mesures de Hollande, qui, en entrant dans la constitution, prendront un poids juridique (et policier) fort.

Nous n’avons pas à soutenir, d’une quelconque façon ce pas en avant dans notre esclavage, ce tournant du capitalisme.

Philippe ZARIFIAN

 28 décembre 2015

Jan 7

Déchéance: le grand basculement, par Thomas COUTROT

Publié le jeudi, 7 janvier 2016 dans Gauche de combat, Social

!cid_ii_13ff63ddd2e66a8fRépondre au terrorisme par la déchéance de nationalité ou de citoyenneté, c’est plonger dans un imaginaire où l’ennemi ne saurait être français. C’est rabattre la conflictualité sociale sur l’appartenance ethnique. C’est basculer dans le monde du Front national. 

L’improbable basculement de François Hollande, de « président ordinaire » obnubilé par le chômage à « chef de guerre » implacable contre le terrorisme, est d’autant plus révélateur que le personnage semble à contre-emploi. Pathétique retour de virilisme, tout se passe comme si le chef de l’État, héritier malgré lui d’une tradition impérialiste, d’une force de frappe et d’un siège au Conseil de sécurité, ne pouvait résister à la tentation d’exhiber ses attributs militaires pour masquer une impuissance par trop criante en matière économique et sociale. 

(suite…)